La Musique Haitienne

Histoire, panorama et actualite de la musique haitienne

Anne Lescot & Inrocks

Par • 11 Mar, 2010 • Catégorie: Brèves

Haïti : “Pas de vie sans mort, pas de mort sans vie”

Le séisme a fait plus de 150 000 victimes. Dans le culte vodou, sans sépulture décente, les morts reviennent. L’anthropologue haïtienne Anne Lescot décrypte cette religion qui imprègne le quotidien.
(…)
On lit dans la page “Vaudou” de Wikipédia qu’il y a cinquante millions de pratiquants dans le monde. Je me demande où ils sont !

Le vodou, c’est une marque déposée, c’est haïtien. A Cuba, juste en face d’Haïti, on pratique la santeria, l’espiritismo, etc. Au Brésil, le candomblé, l’ubanda, etc. Il s’agit aussi de cultes venus d’Afrique, mêlés de cultes indigènes et de christianisme, mais ce n’est pas le vodou. Dans le vodou, les morts ont une place importante. On dit qu’ils cohabitent avec les vivants. Que s’ils ne sont pas enterrés selon les rituels, ils reviennent hanter les vivants. C’est vrai. Pas de vie sans mort, pas de mort sans vie. Sans sépulture correcte, les morts reviennent. Ils apparaissent dans les rêves, provoquent des maladies, des accidents, ils envoient des signes, que le hougan interprète. Après le décès, on fait une neuvaine : on veille le mort pendant neuf jours, on accueille les amis, on nourrit les lwas. Puis on sort le cercueil pour le promener dans la ville. On le fait tourner dans les carrefours pour lui faire perdre son chemin, qu’il ne puisse pas retrouver le lieu où il est mort.

Lire la suite sur les Inrocks :
http://www.lesinrocks.com/

Marqué comme: , , , , , ,

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire