La Musique Haitienne

Histoire, panorama et actualite de la musique haitienne

Chants vaudou

Les chants vaudou sont en général assez courts ; ils sont lancés par le hougan ou la mambo et repris par le chœur constitué majoritairement par les hounsi.

Le possédé peut aussi se mettre à chanter ; si le chœur ne connaît pas les paroles, il les reprend une fois qu’elles lui sont familières. Il est alors intéressant de noter que le possédé une fois sorti de sa transe ne se souvient absolument pas avoir interprété ou même composé une chanson.

Il s’agit dans la plupart des cas d’invocations aux lwa.

J’ai sélectionné ci-dessous différents chants vaudou, tous issus de l’ouvrage de Claude Dauphin. Il existe malheureusement très peu de regroupements écrits de ces chants, ils sont pourtant riches et un élément essentiel du patrimoine haïtien, au même titre que les contes par exemple.

SOU LANMÈ MTE YE

Texte original :
Sou lanmè mte ye
Mtap navige
Batiman pa pou mwen
Batiman Mèt Agwe

He sou lanmè mwen te ye
Moun yo mtap navige
Batiman pa pou mwen
Batiman mèt Agwe

Traduction libre :
Virevoltant sur les flots
Je crois naviguer
Agwe seul décidera
Du sort de son navire

Me voilà revenu
Jubilant à tous vents
Agwe a décidé
Du sort de son navire

Agwé est le lwa marin, il est le souverain de la mer. Le sort du navigateur réside entre ses mains.

OGOU FÈ

Texte original :
Ogou Fè
Ogou bwè li bwè lpa janm sou
Ogou bwè li bwè lpa janm sou
Ogou rele o Feray o
Feray o malere

Traduction libre :
Ogou dieu de la guerre
Ogou qui boit sans jamais s’enivrer
Ogou qui boit sans jamais s’enivrer
Ogou que l’on surnomme « le dieu de fer »
Dieu de fer misérable

Selon Alfred Metraux, au Dahomey, « Gou » est le forgeron du monde mythique. Il deviendra Ogou et le dieu de la guerre en Haïti, mais reste malgré tout « le dieu de fer ». Il est symbolisé dans le houmfo par un sabre planté dans le sol.

KOUZEN O SIW PA METEM LEKÒL

Texte original :
Kouzen o
Siw pa metem lekòl
Ma fè jandam aretew

Traduction libre :
Kouzen la culture du sol
Ne dégage pas de l’obligation
De fréquenter l’école
Si tu me prives de ce droit
Je te traduirai en justice

KOUZEN MAP TRAVAYO

Texte original :
Kouzen map travay o
Kouzen Zaka map travay avè ou tande
Kouto dignom nan menm
Vye ralfòm nan dom map sekle
Si mpran fanm lale
Si mpran lòt lale
Demen ma jwenn youn lòt o

Traduction libre :
Kouzen Zaka, dieu du travail agricole
Nous œuvrons pour la même cause
Serpette en main, sacoche au dos
Je suis prêt à retourner la terre
C’est comme les femmes
Qui vous abandonnent
Sans que pour autant ne tarisse
La foi en amour

Zaka est un lwa paysan, il n’aime pas les citadins.

EZILILI FRE

Texte original :
Èzili fre li fre li Freda
Èzili fre li fre li Freda
Èzili o mwen pap manje moun ankò
Inosan yo Bondye ka gade yo

Traduction libre :
Èzili l’amour, belle, fraîche et coquette
Èzili Freda
Épanouie par ta loi
Je ne médirai plus
Désormais les innocents
Seront sous la protection divine

Ezili est la déesse de l’amour, elle représente la femme rêvée, convoitée. C’est une femme coquette et sensuelle qui aime le luxe et le plaisir.
Le vaudou utilise l’icône de la Vierge Marie pour la représenter, signe d’un détournement de valeur et de la nécessité de se camoufler pour subsister.

En dehors du culte vaudou, Ezili occupe une place de muse dans la musique Haïtienne notamment.

FILE MA FILE

Texte original :
File ma file
Danbala Wèdo se koulèv o
Traduction libre :
Je me faufile, je faufile
C’est moi Danbala Wèdo
Le dieu en forme de couleuvre

DANBALA SELWA KOULÈV LA

Texte original :
Danbala se lwa koulèv la he
Danbala se lwa koulèv la
Bali siro

Traduction libre :
C’est bien Danbala
Le dieu à l’aspect de couleuvre
Qu’on lui serve du sirop
Sa boisson favorite

Danbala est le dieu serpent qui habite les sources et les rivières il est une force positive.

TOWO MDEJA TOWO

Texte original :
Towo mdeja Towo
Towo mdeja Towo
Kimelem avè Towobann

Traduction libre :
Possédé par le lwa Towo
Je me confonds totalement avec lui
Je n’ai que faire de Towobann*

*Esprit subalterne du dieu Towo

WANGÒl O WALE

Texte original :
Wangòl o wale
Kilè wa vini wèm ankò
Wale

Peyi a chanje
Kilè wa vini wèm ankò
Wale

Traduction libre :
Wangol motif de ma transe
Dieu à cheval sur ma chair
Tu te retires et tu m’abandonnes

Le paysage terni
A perdu mémoire des coloris saisonniers
À quand ton retour
Maintenant l’absence

L’adepte qui rentre en transe lors de la cérémonie vaudou devient le lwa. Cette perspective de pouvoir être « chevauché » par un dieu est valorisante, même si elle se suit d’une amnésie totale.

KALFOU GEN MALADI LAKAY MWEN

Texte original :
Kalfou o ou pa vini wè mwen
Ou pa vini wè mwen
Kalfou gen maladi lakay mwen
Kalfou sa Kalfou a danjere
Kalfou sa Kalfou a danjere
Kalfou o ou pa vini wè mwen
Ou pa vini wè mwen
Kalfou gen maladi lakay mwen

Traduction libre :
Kalfou, toi qui règnes sur la vie et la mort
La maladie me menace et me nargue
Jusqu’en ma demeure
Ne m’avais-tu pas promis protection ?
Et dans un tel moment
Tu ne te manifestes point

Le lwa est un protecteur pour son adepte, mais dépourvu de morale, il fait avant tout ce qu’il veut.

YÈRESWA MTE FÈ YOUN RÈV

Texte original :
Yèreswa mte fè youn rèv
Yèreswa mte fè youn rèv
Mte fè youn rèv youn Bobo
Kap vin ranse avèk mwa
A katrè dimaten
Mpral kraze djòl Bobo sa

Traduction libre :
La nuit dernière
Durant mon sommeil
Bobo a pris forme de songe
Pour me provoquer
Je l’ai renvoyé
Aux esprits grivois dont il fait partie

Les lwa peuvent posséder leurs adeptes par le biais du rêve et, comme lors de la cérémonie vaudou, de mauvais esprits peuvent profiter de la faiblesse de l’adepte – le sommeil en l’occurrence- pour le posséder de manière illégitime.

MWEN RANKONTREW MADANM

Texte original :
1. Mwen rankontrew madanm
Etan nan tèt a dlo
Mwen dil : « Bonjou madanm »
Li dim : « Bonjou mesye »

2. Mwen mande li konsa
Sil ka janbe dlo sila
Li di mwen : « Non mesye
Mwen pa ka konnen sa »

Mwen pral touse pye mwen
Pou mal janbe dlo larivyè

Kwa kwa kwa elany
Kwa kwa kwa elanye
Lè sen danse nan tèt an mwen

Traduction libre :
1. Au bord de la source
Une femme rencontrai
Bonjour madame
Bonjour monsieur

2. Avez-vous lui demandai-je
Le pouvoir de franchir ce ruisseau ?
Comment l’aurais-je pu détenir ?
Me répondit-elle

Mais ici on ne recule point
Cette rivière me faut traverser

Kwa kwa kwa elan e
C’est le chant des dieux
Qui en moi dansent déjà

GEDE ZARENYEN

Texte original :
Gede Zarenyen
Woy woy
Gede Zarenyen

Gede Zarenyen
Woy woy
Gede Zarenyen
Woy woy
Gede Zarenyen

Gede Zarenyen
Yap fé konplo
Pou yo touye mwen

Woy woy
Gede Zarenyen

Traduction libre :
Gede Zarenyen
La mort est une araignée patiente
Tissant sa toile jour après jour
Comme on prépare un piège
Dans le secret du complot

Mort qui veille sur ma vie
Me menace et me protège
Ne me laisse pas emporter
Par d’autres que toi

OU MÈT WÈM SOU LANMÈ

Texte original :
Ou mèt wèm sou lanmè
Mpa bwè mpa manje
Ou mèt wèm sou lanmè
Mpa bwè mpa manje
Kongo Lazil o
Lwaw la vle touyem

Traduction libre :
Je vogue sur la mer
Sans boisson et sans nourriture
Je crie vers toi Kongo Lazil
Ton esprit me possède
Et me maintient au bord de la mort

KONPLO

Texte original :
Adye
Se konplo yo fè yo
Pou yo touye mwen

Abobo

Adye
Mdi se konplo yo fè
Pou yo touye mwen

Yo di se vwazinay o
Adye
Yo di se vwazinay o
Adye
Vwazinay pa pote lanmè
Pou yo kontre revè
Devan Dye o

Konplo
Se konplo yo fè yo
Pou yo touye mwen

Abobo

Konplo
Se konplo yo fè yo
Pou yo touye mwen

Yo di se vwazinay o
Adye
Yo di se vwazinay
Adye

Vwazinay pa pote lanmè
Pou yo kontre revè
Devan Dye o

Traduction libre :
Calamité suprême
Ils ont souhaité ma mort
Et comploté ma perte

Ainsi fut-il

Désespoir infini
Les miens m’ont trahi
Et m’abandonnent à la mort

Ce sont les voisins m’a-t-on dit
Hélas
Le bonheur ne peut être blessé
Que par ceux qu’on affectionne

Les voisins ont tant souffert
Dans l’espoir de la délivrance dernière
Telle injustice ne fleurirait en leur cœur

Trahison indicible
Ma mort est arrêtée
Ma condamnation est prononcée

Ainsi soit-il

LWA MANDE ROUZE

Texte original :
Lwa mande rouze
Lwa mande rouze
Li pap rete
Se anro mwen prale
Kouzen di lpap rete
Kouzen di lpap rete
Men se anro la pe monte
Jete glo pou li
Li pral plante

Traduction libre :
Il pleuvra pluie diluvienne
Qui ne demandera qu’à pleuvoir
Éternellement
J’irai alors au delà de ce monde
Pour entendre les promesses
De fertilité et d’abondance
Du dieu Kouzen
Qui règne sur la gent végétale

MESYEDAM IPOKRIT SAYO

Texte original :
Mesyedam ipokrit sayo
Bon Dye va montre mwen
Ki jan poum viv avè yo
Men po pran ason lwam
Yo sèvi derizyon
Kimelem avè yo

Traduction libre :
Le souffle bienfaiteur de Dieu
Guidera mon esquif
Au milieu des récifs
De l’hypocrisie humaine

Les mortels ont profané
Le hochet sacré de mes esprits protecteurs
Néanmoins ma foi demeure

PIM NAN TCHOU MWEN

Texte original :
Pim nan tchou mwen se mwen menm
Pim nan tchou mwen se mwen menm
Papa Gede ki pa konn betize
Pim na tchou mwen se mwen menm

Traduction libre :
Qu’on me violente les parties génitales
C’est moi Papa Gede qui ne badine pas
L’érotisme est pour moi vertu respectable
La geste sexuelle mon emblème fidèle

OU WÈ MRETE MWEN ANRAJE

Texte original :
Ou wè mrete mwen anraje
Mmanje manmanm mmanje papam
Ou wè mrete mwen anraje
Mmanje manmanm mmanje papam
Pitit dèyè se pa pale
Pitit dèyè se pa pale

Manmanm ki fèm msoti nan trip li
Gade mmanjel

Papam ki fèm ki kalem nan trip manmanm
Gade mmanjel
Ale wè pitit o ki sot na trip pam
Pou mpa manjel

Traduction libre :
Sous le coup d’une colère caustique
J’ai grondé mon père
J’ai grondé ma mère
Et toute leur lignée d’enfants
S’est prosternée devant ma rage impitoyable

Ma mère qui m’a donné le jour
Celle qui m’a porté dans ses entrailles
N’a point échappé à ma loi tyrannique

Mon père qui me fustigeait
Alors que j’étais à l’état de fœtus
Tremble aujourd’hui de crainte à ma vue
Comment croire que mes enfants
Qui me doivent la vie
Osent douter de mon autorité suprême

MWEN ENÈRVE

Texte original :
Lè mwen enèrve
Mvole gro solèy midi
Ale wè pou dizè
Mpa sa rete
Se lèm rive
Pou mwen vole
Se lèm rive
Pou mwen vole
Gade ki lè lye
Men mwè li fè dizèedmi
Zanmi an pasa rete
Lgen randevou pou li
Pou li ale
Alon zanmi mwen
Mwen pap baw reta
Ale ale
Youn lè konza wa jwenn mwen
Ma vini konpoze
Ma baw chante
Pou jous li jou

Traduction libre :
Fou de rage
J’ai bravé la lave incandescente
Du midi tropical
Le soleil de dix heures
Ne sera pas l’obstacle
Qui m’empêchera de partir
L’heure du départ est arrivée
Je vous tire ma révérence
À ma montre dix heures trente
Notre ami devra
Respecter son rendez-vous :
« Je ne prolongerai pas ton retard
Va, va
Mais je sais qu’un jour ou l’autre
La musique te ramènera
Et mon chant te conduira
Des ténèbres de la nuit
À la levée du jour »

Par ces quelques chants, il est déjà possible de constater que le Vaudou propose une affirmation de la vie dans son ensemble, avec ses peines, ses joies, comme elle vient en somme. Les hommes et les dieux exerçant leur propre volonté, les conflits entre lwa et les hommes sont courants, dans ce cas, reste à exalter la volonté divine et finalement la vie. Par cet amour du destin ou du hasard, on peut qualifier le vaudou de culte tragique et légitimement songer à le rapprocher du culte dionysien.

Dans les campagnes haïtiennes, le Vaudou est indissociable de l’imaginaire et de la vie en général. C’est de sa sève, de sa richesse mythologique que s’abreuve l’art haïtien (la peinture, les contes et, en ce qui nous concerne, la musique).

Suite …
Les Musiques Paysannes (rara, contredanse, conte…)