La Musique Haitienne

Histoire, panorama et actualite de la musique haitienne

Retour sur Fond-des-Nègres

Par • 6 Août, 2010 • Catégorie: Brèves

Alors que le musicien Wyclef Jean a confirmé sa candidature à l’élection présidentielle d’Haïti, les Inrocks sortent de leurs tiroirs une très bonne chronique de Charles Najman, publiée initialement en Août 1997 :

Une étonnante maison de bois se profile sous un ciel lourd, gris anthracite.Installé en plein centre de la capitale, près du théâtre traditionnel des coups d’Etat qu’est le Palais national, l’hôtel Oloffson est le refuge des journalistes qui viennent encore écrire ici un article choc qu’ils intituleront fatalement”La République du cauchemar” ou, mieux encore, ”Au pays des zombis” : Haïti reste décidément le mauvais rêve de la presse internationale. Un pays qui a des journaux et des mambos (prêtresse du vaudou), des partis et des esprits, des édits et des gris-gris, des lois et des loas (en créole, dieux du vaudou) ne se laisse pas facilement saisir par les gros titres des médias. Trop de contrastes, d’invraisemblance et d’incohérence pour les éditoriaux de l’Occident. On ne passe pas si facilement des quais de la Seine aux rives d’Agoué, le génie aquatique du vaudou haïtien.

L’Oloffson, c’est l’illusion perdue de Port-au-Prince. Dans cette ville en pleine destruction, saturée de bidonvilles, l’élite tente de recréer un paradis tropical pour cartes postales. Dans les années 50, c’est ici que Graham Greene écrivit Les Comédiens, un roman acerbe sur la dictature duvaliériste et les sinistres tontons macoutes, dans lequel l’hôtel jouait le rôle de décor principal. Avec l’adaptation hollywoodienne du livre, interprétée par Elizabeth Taylor et Richard Burton, l’Oloffson devint brusquement un rendez-vous obligé de la jet-set internationale. (…)

A lire sur le site des Inrocks

Marqué comme: , , , ,

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire